Un jour Une loi

Loi du rythme

Nous devons réaliser que tout est cyclique, les saisons comme les stades de développement. Restons conscients du flux des cycles. Cette loi nous rappelle qu’en tant qu’humains nous ne sommes pas différents des autres êtres vivants de la nature en terme de croissance. Nos phases de développement sont elles aussi rythmées par un mouvement d’évolution au même titre que les arbres sont soumis aux saisons. Dès lors que nous sentons l’appel à la réalisation d’un projet, nous allons planter la graine et mettre en place les moyens de la faire pousser. Nous allons porter notre attention sur la construction de ce projet, faire germer la graine pour qu’elle prenne racine, puis nous allons chercher les idées et les solutions pour déployer le projet au même titre que la graine va chercher la lumière pour sortir de terre. Et tout au long de notre création consacrée à ce projet, tout comme la graine va évoluer au fil des saisons pour grandir, étape par étape, nous allons développer. Les idées bourgeonnent et le renouveau nous fait vibrer, nous récoltons ensuite le premier fruit qui contient les graines de nouvelles idées de développement, notre vie change en même temps, alors nous ferons le point pour faire le tri en se délestant de ce qu’on avait avant qui ne nous sert plus dans le but de faire de la place en sachant qu’on ne rapetisse pas au même titre qu’un arbre laisse tomber ses vieilles feuilles à l’automne en sachant qu’il va continuer à se déployer. Puis nous rentrerons dans une introspection en vue d’envoyer la sève aux nouvelles idées, prendre de l’envergure et récolter plus de fruits. Alors, les idées bourgeonnent sur les branches de notre nouvelle vie.

. « Restons conscients du flux des cycles » précise cet enseignement XI signifie que nous ne pourrons pas griller d’étapes. Il y a le cycle du renouveau qui enclenche le cycle de la récolte qui enclenche le cycle du nettoyage de l’ancien qui enclenche le cycle de l’introspection qui enclenche le cycle du renouveau. Même si nous préférerions vivre que du cycle de la récolte, nos stades de développement ne peuvent s’opérer qu’en réalisant ce travail cyclique car nous ne pouvons pas nous épanouir dans notre nouvelle version de soi-même sans lâcher l’ancien moi.

Les civilisations anciennes en avaient conscience et ont créé des archétypes pour permettre de rester conscients des flux des cycles. En tant qu’humain nous avons besoin de mettre un visage sur une énergie invisible ou sur un concept pour le rendre palpable. L’image et la représentation aident à la concentration puisqu’elle matérialise la notion. Les dieux et les déesses sont donc à considérer comme la conscience de l’énergie d’un cycle.

Les païens, les celtes, les cathares, les esséniens , avant d’être disséminés, vivaient en conscience des flux cycliques et honoraient symboliquement ceux de la nature. Ils écoutaient les phases lunaires, célébraient les changements de saison, suivaient le soleil pour rythmer leur vie. Ils se sont d’ailleurs entraidés pour survivre mais aussi pour sauvegarder les bases des enseignements sacrés lorsque l’opposé s’est imposé sur le monde.

L’humanité dans le nouveau monde conscient vit en sachant que la terre est la mère et l’univers le père de chaque création de vie de la nature y compris l’être humain.

Je vous embrasse 🌛🌞🌜 Magali Roques Ma Plume d’Ange Écrivain Privé Canal Thérapeute Holistique par les Arts Sacrés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :